Edito des 18 èmes JFE (2013) – Autrement. Soifs d’Alternatives.

 

     Le changement, la vie autrement, un autre monde est possible, les alternatives… Ces mots scandés dans les rues, dans les joutes oratoires lors des réunions et assemblées, expriment les aspirations des multitudes humaines à une vie meilleure sous toutes les latitudes. Ils incarnent le rejet de la morne existence quotidienne sous l’emprise de la loi d’airan d’un système marchand prédateur source de malaise, de mal bouffe, de mal-être, de précarité, de grande pauvreté, de misère morale et matérielle pour l’immense majorité et de luxe insolent pour un nombre infime de possédants.

     Les alternatives se construisent à travers des initiatives diverses dans toutes les sphères de la vie politique, économique, sociale et culturelle comme des laboratoires d’expériences des utopies et rêves des gens. Elles sont traversées par l’hétérogénéité des sensibilités et courants politiques et idéologiques des acteurs et actrices de ces dynamiques de transformation sociale. Ils ambitionnent fortement d’expérimenter concrètement à une petite échelle ici et maintenant les relations humaines fondées sur des valeurs aux antipodes des logiques de la « loi de la jungle » et de destruction du bien commun. Le droit à une alimentation saine, le droit à un environnement sain, le droit au développement durable, éco-village, cultures alternatives, presse indépendante, radio et télévision communautaire, médecine douce, économie solidaire, démocratie réelle, etc… Tous ces domaines sont investis pour des actions de résistances et d’élaborations de projets de sociétés sources d’épanouissement. Ce processus complexe, loin d’être linéaire est sujet à des obstacles multiples entre autres la force de l’habitude et la routine distillées par l’idéologie dominante pour annihiler dans les esprits toute envie de changement social. Les échecs des expériences diverses d’alternatives à l’échelle des sociétés contemporaines servent d’alibis aux tenants des forces d’inertie pour légitimer leur désirata de puissance dévoreuse.

     Mais malgré les ravages de ce rouleau compresseur et leur cortège de drames humains (chômage massif, guerres de rapine, famine, épidémies surtout dans les pays de l’hémisphère Sud, saccage de la nature, etc…) des initiatives porteuses d’idées novatrices indiquent la permanence des soifs d’alternatives.

     Les Sciences de l’Homme, en l’occurrence l’Anthropologie, ne sauraient se tenir éloignées de ces quêtes incessantes des sociétés pour leur plein épanouissement dans la dignité.

     Les Journées du Film Ethnographique en cette édition 2013 ambitionnent de contribuer à la multiplication des espaces de libération de la parole plurielle sur ce thème complexe mais stimulant. Comme lors des éditions précédentes, la dimension festive et conviviale va traverser comme un fil rouge les projections de films-débats, les concerts, les expositions tout au long de ce temps de carrefour d’échanges interculturels.

Dragoss Ouedraogo

Cinéaste Réalisateur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s