19ème édition des JFE – Les Violences Ordinaires

19ème édition des JFE - Les Violences Ordinaires

LES VIOLENCES
La 19 ème édition des Journées du Film Ethnographique sonne l’alerte sur les violences , fléau social multidimensionnel et d’une actualité brûlante. De prime abord les résonnances fortes de ce vocable heurtent nos sensibilités et nous renvoient des images mentales à donner le tournis ou à susciter le sentiment de dégoût voire de rejet. Mais , il nous faut faire l’effort de nous inscrire dans une démarche d’analyse et dépasser le premier niveau de perception factuelle que nous expose à satiété les media . Les radios, les écrans de télévision , internet, les Une des journaux et magazines , etc… invariablement étalent à foison les éclaboussures du chaos du Monde , les scènes ensanglantées du proche et du lointain à forte dose. Au point de nous accoutumer à une banalisation de la vie humaine réduite à des chiffres énumérant le nombre de morts et de blessés dans tel conflit armé , telle catastrophe naturelle , ou tel acte « terroriste »,etc… Dans cette course folle à l’émotion, nous n’avons aucune prise sur les tenants et les aboutissants des évènements non contextualisés , ni les véritables enjeux des drames humains . L’opinion publique en est réduite au rôle passif de « chewing-gum des yeux ».
Les violences sont multiformes , visibles et invisibles . La violence morale (injures, menaces stigmatisations de populations bouc-émissaires), la violence symbolique , la violence des relations interpersonnelles , les violences d’Etat, les violences institutionnelles, les violences conjugales , les violences politiques, etc… toute une kyrielle de rapports de domination et de pouvoir générant de la souffrance physique et psychologique , la déchéance et la destruction , la perte de la dignité humaine. Cette dignité et la quête des libertés se déclinent dans des mouvements sociaux y compris des insurrections des peuples face aux régimes de dictature.
L’Anthropologue Françoise Héritier nous donne bien à propos la quintessence du concept de violence :
« Toute contrainte de nature physique ou psychique susceptible d’entraîner la terreur, le déplacement , le malheur, la souffrance ou la mort d’un être animé ; tout acte d’intrusion qui a pour effet volontaire ou involontaire la dépossession d’autrui , le dommage ou la destruction d’objets inanimés . » (cf Séminaire Françoise Héritier au Collège de France , De la violence 2005 ).
A l’échelle sociétale , les violences sont structurelles et inscrites dans des rapports de domination des appareils d’Etat qui ont recours à des moyens coercitifs , des lois , mais aussi de manière plus insidieuse à un discours idéologique distillé à dose homéopathique pour cultiver dans les esprits l’illusion de la neutralité bienveillante . Les atteintes aux libertés individuelles et collectives sont camouflées par certains dispositifs de surveillance sécuritaire dans l’espace public et privé avec l’usage des moyens des nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication à l’ère du numérique . C’est là où gît le lièvre. La violence sévit à notre insu dans notre environnement quotidien.
Les 19 èmes Journées du Film Ethnographique vont constituer des moments forts et conviviaux de conversation autour d’une programmation diversifiée de films , de concerts , d’expositions reflétant ce thème incontournable aujourd’hui.
Dragoss Ouedraogo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s